Editorial

La banque de données Philosophèmes résulte de quinze années de recherche appliquée à l’éducation. Elle met à disposition plusieurs types de corpus : oraux, multimodaux ou écrits. Les corpus sont tous recueillis en contexte scolaire ordinaire. Ils sont le fruit d’un travail collaboratif entre chercheurs (équipes et/ou projets financés par le Québec ou la France) et des enseignants volontaires répartis sur tout le territoire (Auvergne, Lorraine, Pays-de-Loire, Région parisienne). Les corpus peuvent être exploités pour étudier des aspects particuliers: lexique, syntaxe, sémantique, pragmatique. Ils peuvent aussi être utiles aux enseignants qui souhaitent se confronter à des données ordinaires: les paroles comme les écrits sont authentiques. Le corpus nommé Philosophèmes met à disposition des discussions à visée philosophique pratiquées dans des classes sous divers états : fichiers audio- fichiers vidéos lorsque les autorisations parentales sont acquises, transcriptions sous format texte. Les discussions recueillies couvrent l'empan des 5 ans à 18 ans. Le corpus nommé Grenouille fruit du travail du G.D.R. Production Verbale et Ecrite soutenu par la MSH de Poitiers comprend l'ensemble des copies d'élèves (environ 400 copies, couvrant l'empan de 8 ans à 14 ans) ayant réalisé un compte-rendu scientifique et un récit littéraire en contexte scolaire, d'après des consignes élaborées par des chercheurs. Le corpus utilise un support reconnu dans la littérature [Slobin (Frog Story)]. Le corpus nommé C'est pas moi fruit d'un travail collaboratif entre une enseignante chevronnée et l'ESPé de Clermont Auvergne : la même séance reproduite trois fois avec des élèves de cours préparatoire permet d'étudier l'étayage langagier au cours d'une discussion complexe sur le mensonge. Le corpus nommé PréCPhi correspond à une recherche menée dans le cadre des Instituts Carnot d'Education, créé en 2016, dans la grande région AURA. Il s'agit de la collecte d'écrits philosophiques (1000 copies) auprès d'élèves de 8 à 15 ans. Bien que non enseigné en tant que tel avant la terminale en France, le genre philosophique trouve dans ces écrits (composés d'une partie brouillon et d'une partie texte) la confirmation que de jeunes élèves sont graduellement performants, dans un genre qui renouvèle la fonction du texte libre à l'école et au collège.